Est-on en train de vivre l’avènement du « Manager augmenté » ?


Article rédigé par Maxime Cariou, fondateur et CEO d’Aymax, sur Solutions.lesechos.fr, le 10 octobre 2022


Transformation numérique, hybridation des modes de travail, nouvelles attentes des collaborateurs, phénomènes de « Grande démission » ou dernièrement de « Quiet Quitting – Démission silencieuse ». Les managers ont été ces dernières années et sont encore actuellement en première ligne en entreprise. Tout leur incombe : attirer les talents, les retenir et les motiver, maintenir une qualité de vie au travail optimale, cultiver l’art du feedback, anticiper les risques de départs.

Comment peuvent-ils réellement être sur tous les fronts ? Comment ne pas être surpris que certains d’entre eux envisagent de quitter le navire ?

Pour répondre à ces nouveaux défis à relever et aux attentes des managers intermédiaires (mid management), nous sommes plusieurs acteurs du numérique à développer des solutions basées sur les nouvelles technologies que sont l’IA, le Big Data ou encore le Machine Learning, pour outiller les managers de demain, en faire des « Managers augmentés ».

Le Manager de demain sera un « Manager augmenté » !

Si l’on caricature, on pourrait dire qu’avant, manager ses équipes était assez simple : les collaborateurs n’étaient que très peu connectés et qui plus est peu à pratiquer le home-office, leur manager les voyait donc quotidiennement et la communication était plus directe ; la hiérarchie verticale dominait en entreprise, on ne parlait pas encore d’organisation holacratique ; le manager devait gérer ses équipes afin que les missions soient accomplies, que les objectifs soient atteints mais ne se souciaient guère de leur bien-être au sein de l’entreprise.

Avec la transformation numérique et la récente crise sanitaire tout a été bousculé. Les cartes ont été rebattues et le manager intermédiaire joue désormais un rôle central dans l’organisation. Initialement orientée « résultats », la fonction de manager se rapproche désormais de plus en plus des fonctions RH, dans le sens premier du terme : l’humain.

Et ne faisons pas l’autruche : nous savons qu’un manager ne peut pas endosser tous les rôles correctement. Si plus de missions lui sont confiées, il doit être outillé pour les traiter. Voilà ce qu’est le « Manager Augmenté » : un manager qui se voit renforcé, supporté dans son quotidien par des outils emprunts d’IA et de Big Data, lui permettant de traiter de manière préventive et corrective, au juste temps, les relations avec ses équipes.

Plus de technologies au service du management, ok… mais pour quels bénéfices ?!

Si le collaborateur attend de son manager plus de compréhension, plus d’attention ou plus de proximité, le management augmenté arrive à point nommé, ces nouveaux outils permettant au manager d’être alerté en temps réel de l’état de ses équipes, des risques potentiels de désengagements voire de départs. Certains d’entre eux vont même jusqu’à suggérer des actions correctives : formations, primes, réévaluation de salaire, entretiens individuels en temps réel ou au juste à temps.

Si pour certains, ce management dit « augmenté » effraie, il en va complètement différemment des nouvelles générations qui y voient un moyen de se soustraire à certaines « considérations humaines » jugées trop présentes au sein de certaines organisations et s’apparentant à du copinage. Avec de tels outils, le salarié bénéficie d’avantages multiples : amélioration de sa rémunération en temps réel relativement au marché, attribution de primes plus juste, proposition de formation plus adaptée à leur parcours et à leurs souhaits d’évolution professionnelle, etc.

Pour le manager, cela semble assez évident mais ces nouveaux outils lui permettent de gagner du temps, d’avoir une vision d’ensemble plus exacte de ses équipes. Il est accompagné par une IA et un environnement Big Data qui viennent compléter (et confirmer ou infirmer) son ressenti terrain, ses analyses personnelles, pour prendre les meilleures décisions en matière de plans de formations ou même de recrutement.

Prenons l’outil que nous proposons par exemple, il permet, au manager d’estimer en temps réel le taux de turn-over de ses équipes, de voir qui de ses collaborateurs sera le prochain à quitter l’entreprise, en fonction des datas RH et, si l’entreprise le souhaite, en fonction des données libres de droit disponibles sur le web. Autre illustration : dans le domaine du talent management, l’IA et la big data permettent désormais de jauger les compétences disponibles en interne et/ou de détecter les compétences clés de demain, ce afin d’affiner les plans de formation et les plans de recrutement. On peut encore citer les solutions de feedbacks collaborateurs qui récoltent les ressentis, impressions, avis des collaborateurs sur des sujets qui concernent l’actualité de l’entreprise ou des étapes clés de la vie du collaborateur (onboarding, offboarding, formations…). Ces données, une nouvelle fois, peuvent être analysées et exploitées pour améliorer le management des équipes en interne… Toutes ces solutions optimisent et accompagnent la vision du manager.

Le Management Augmenté : pour aujourd’hui ou pour demain ?

Cette notion se situe encore, sous l’égide de ce que les observateurs et analystes appellent le « Future of Work » : prédictions sur les modes de travail, les outils à disposition des RH, les pratiques managériales de ces prochaines années. Mais nous constatons chaque jour qu’elle s’impose progressivement dans des entreprises pour qui le turn-over et les difficultés de recrutement sont des sujets essentiels. Malgré tout, nous sommes conscients que les sujets touchant à l’usage de l’IA et de la Big Data, en France, ne sont pas encore à complète maturation. Il reste du chemin à parcourir et un large travail d’évangélisation à mener auprès des dirigeants. Car ne vous y trompez pas, les collaborateurs, eux, perçoivent l’intérêt de tels changements.

Nous ne pourrons pas nous passer de l’IA ces prochaines années, donc autant en apprendre plus sur ces nouvelles technologies plutôt que tout rejeter en bloc. Gardons en tête que l’IA et la Big Data, comme chaque algorithme sont à la merci de ce que l’homme et la femme en font. L’Intelligence Artificielle ne pourra jamais remplacer le cerveau humain, il lui est un conseiller, fiable et pointu.

N’ayons pas peur des mots, si la notion de management augmenté est en train de s’imposer en France, ni les collaborateurs ni les managers ne sont dupes, ils savent que derrière cette expression, l’humain prévaut. Après tout, vous distinguez encore la réalité du quotidien de ce que vous vivez avec un casque de réalité virtuelle non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.